22 février 2024

Révélations troublantes : Le gang « G-9 » détient des informations clés concernant l’assassinat du président Jovenel Moïse, mais choisit de les garder secrètes.

5 min read

Dans le contexte de l’accord de paix entre les gangs G-9 et G-Pèp à Cité Soleil, de nouvelles révélations suscitent des inquiétudes quant à l’implication du gang « G-9 ». Des informations cruciales, connues de ce groupe, n’ont jamais été divulguées, alimentant ainsi les interrogations sur leurs motivations et leurs liens avec d’autres acteurs politiques.

L’histoire entre les gangs G-9 et G-Pèp est marquée par des rivalités violentes, mais aussi par des intérêts communs et des alliances présumées. Toutefois, malgré leur connaissance de certains événements clés, le gang « G-9 » a choisi de garder le silence. Une des révélations troublantes est survenue lors de l’assassinat du président Jovenel Moïse le 6 juillet 2021. L’ancien sénateur John Joel Joseph, soupçonné d’implication dans ce crime, se serait caché dans le quartier général du gang « G-Pèp » à Cité Soleil avant de s’échapper vers la Jamaïque par la mer. Le gang « G-9 » était apparemment au courant de ces détails, mais n’a jamais fait part de ces informations aux autorités compétentes.

Cette rétention d’informations soulève des questions quant aux véritables motivations du gang « G-9 ». Certains analystes suggèrent que ce silence peut être lié à des intérêts politiques ou à des alliances avec des acteurs nationaux ou étrangers. Ces hypothèses renforcent les spéculations sur l’influence des puissances étrangères, notamment les États-Unis, dans les affaires haïtiennes.

Cependant, il convient de rester prudents quant à ces suppositions et d’approfondir les enquêtes pour établir des preuves tangibles. La situation en Haïti est complexe et comporte de nombreux acteurs aux motivations diverses. La priorité devrait être de trouver des solutions pour restaurer la paix, la sécurité et la stabilité dans le pays, en impliquant tous les acteurs concernés, y compris les gangs, dans un processus de dialogue transparent et constructif.

Ces révélations mettent en évidence la nécessité de mener des investigations approfondies sur les activités des gangs en Haïti et de lutter contre l’impunité. La population haïtienne mérite la vérité et des mesures concrètes pour assurer sa sécurité et son bien-être.

Dans un pays confronté à de nombreux défis, la divulgation de ces informations par le gang « G-9 » pourrait jouer un rôle crucial dans la recherche de la vérité et dans la construction d’un avenir pacifique pour Haïti.

Selon Pierre Espérance, membre de la Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), cet accord de paix serait en réalité l’œuvre de l’ancien Président Michel Martelly. Espérance affirme que Martelly aurait demandé à ces gangs de déposer les armes, étant donné qu’il a été la cible de sanctions internationales. Cette déclaration soulève des interrogations quant aux véritables intentions de Martelly et à son influence sur la situation actuelle.

Cependant, d’autres hypothèses remettent en question cette version des faits. Certains suggèrent que le gang G-Pèp dirigé par Gabriel Jean-Pierre, également connu sous le nom de Ti Gabriel ou Gabo, ainsi que le groupe « G-9 an fanmi e alye » dirigé par Jimmy Cherizier, alias Barbecue, appartiennent en réalité à la même fratrie. Selon cette théorie, il s’agirait en fait d’une guerre de territoire et de contrôle, notamment des entreprises situées à Cité Soleil, telles que celles appartenant à la famille Mevs Shodecosa et le port de Terminal Varreux, aussi le port Lafito propriété de la famille Biggio.

Il est indéniable que ces gangs sont de véritables organisations criminelles qui ne partagent pas d’alliances durables avec d’autres groupes. Un exemple frappant est survenu le 18 juin 2021, lorsque le gang « G-9 » a pillé le marché Ti Tony, car il était accusé de servir de relais financier pour Dimitri Vorbe et ses mouvements anti-Jovenel Moïse, tout comme le gang « G-Pèp » depuis les États-Unis d’Amérique. Malgré ces événements, aucun des deux gangs n’a dénoncé les actions de l’autre.

L’assassinat du président Jovenel Moïse du 6-7 juillet 2021 a révélé des connexions intrigantes entre ces gangs et d’autres acteurs politiques. Par exemple, l’ancien sénateur John Joel Joseph, actuellement emprisonné aux États-Unis pour son implication présumée dans l’assassinat du président, aurait trouvé refuge dans le quartier général du gang « G-Pèp » à Cité Soleil avant de fuir vers la Jamaïque par la mer. Des informations que le gang « G-9 » est censé connaître, mais n’a jamais divulguées.

Face à l’histoire complexe entre G-Pèp et G-9, il est légitime de se demander si l’hypothèse de Pierre Espérance est vraie et si aucun des deux gangs ne sert les intérêts des Américains. Cette question soulève des doutes sur la véritable motivation derrière cet accord de paix.

Il est important de reconnaître que la situation en Haïti est complexe et comporte de nombreux acteurs avec des intérêts divergents. Les gangs sont souvent impliqués dans des activités criminelles, y compris le trafic de drogue, l’extorsion et le contrôle de territoires. Leur influence sur la politique et les affaires de la nation est préoccupante.

Dans ce contexte, certains analystes suggèrent que les gangs G-9 et G-Pèp pourraient être instrumentalisés par des puissances étrangères, y compris les États-Unis. Ces analystes soutiennent que ces groupes armés pourraient être utilisés pour maintenir une instabilité politique, favorisant ainsi les intérêts étrangers qui cherchent à exercer une influence sur le pays.

Laisser un commentaire

Copyright © Haiti Premier/ Port-au-Prince.Haiti ( Contact: haitipremier6@gmail.com ) All rights reserved. | Newsphere by AF themes.
Translate »