13 juin 2024

Nous n’avons pas écouté Jacques Attalí

3 min read

Le gouvernement pourrait bien négocier avec le Central Romana un quid pro quo par lequel Migration accorderait et mettrait à jour des permis de séjour temporaires aux Haïtiens qui travaillent pour cette entreprise.

Par Bernardo VEGA

En tant que président, Leonel Fernández a demandé au célèbre économiste français Jacques Attalí, qui pendant dix ans a conseillé le président Mitterand, de faire une étude sur l’économie dominicaine. Treize ans se sont écoulés depuis sa livraison et dans les gouvernements de Leonel Fernández, Danilo Medina et Luis Abinader, la plupart des suggestions qui apparaissent dans cette précieuse étude, si différente de celles auxquelles les organismes internationaux nous ont habitués, n’ont pas été habitués.

Attalí a déclaré : « Il faut définir les conditions de réglementation et de non de régularisation des Haïtiens ». Aujourd’hui, nous avons plus d’illégals qu’auparavant, car depuis le début du gouvernement actuel, les permis de séjour temporaires n’ont pas été renouvelés et sont expirés. Ils sont soutenus par la loi sur les migrations et ses règlements et ont commencé à être accordés pendant les gouvernements de Danilo Medina. Comme ils sont vaincus, les Haïtiens ne veulent pas quitter leur lieu de travail, de peur d’être déportés. Et c’est que nous n’avons pas encore défini dans quels secteurs nous voulons une main-d’œuvre haïtienne documentée et d’où nous voulons les expulser.

L’Union européenne a mis en place le système de « commerce équitable » pour les guinéens que nous exportons, donnant une plus grande valeur à ces fruits s’ils sont cultivés dans des fermes où les Européens certifient qu’ils traitent bien la main-d’œuvre et, plus précisément, qu’ils n’utilisent pas de sans-papiers. Aujourd’hui, tous les ouvriers ont des permis expirés risquent que les Européens nous décertifient et que nous devions vendre nos guineos à des prix inférieurs.

La condamnation du Central Romana par le gouvernement américain en est un autre exemple, car on y utilise des Haïtiens avec des permis expirés, ainsi que d’autres qui ne les ont jamais obtenus, ce qui fait qu’ils ne veulent pas sortir des bateyes, créant ainsi une main-d’œuvre « forcée », que certains définissent comme un semi-esclavage. Ce traitement nord-américain peut bien être étendu pour inclure les autres ingéniosité. Attalí a déclaré que la présence de tant de main-d’œuvre sans papiers « n’incite pas les Dominicains à mécaniser leurs cultures ». En effet, dans son discours du 27 février, le président Abinader a fait référence à la nécessité de mécaniser. Le gouvernement pourrait bien négocier avec la Central Romana un quid pro quo par lequel Migration accorderait et mettrait à jour des permis de séjour temporaires aux Haïtiens qui travaillent pour cette entreprise, en échange de l’intensification de la mécanisation afin de devoir utiliser moins d’ouvriers haïtiens.

Attalí a également déclaré : « Une infrastructure ferroviaire serait difficile à justifier en République dominicaine étant donné que les distances sont courtes ». Fernández, en tant que président, a ironiquement engagé une entreprise d’État française pour étudier la viabilité d’un chemin de fer entre Haina et Santiago. Cette étude a été résumée dans la revue « La Lupa sin Trabas » lorsque nous étions son directeur et il y est clairement précisé qu’elle nécessiterait une subvention substantielle de la part de l’État. Néanmoins, dans sa propagande politique, Fernandez continue de promettre d’établir des chemins de fer.

Ces approches me rappellent les paroles d’une ballade très populaire parmi les gauches latino-américaines depuis 50 ans et que je veux paraphraser : « La Plaza Roja était déserte, devant moi je marchais… Attalí ». Et c’est que la “place” qui contient les recommandations aux dominicains de cet éminent français a toujours été déserte

Laisser un commentaire

Copyright © Haiti Premier/ Port-au-Prince.Haiti ( Contact: haitipremier6@gmail.com ) All rights reserved. | Newsphere by AF themes.
Translate »