13 juin 2024

La géopolitique ou la technologie vont-elles remodeler l’ordre monétaire mondial ?

5 min read

La géopolitique ou la technologie vont-elles remodeler l’ordre monétaire mondial ?
Een Chinese gebruikt haar smartphone om een QR-betalingscode voor de digitale yuan, of E-CNY, te scannen. (Foto door VCG/VCG via Getty Images)

Lorsque les États-Unis et leurs partenaires du G7 ont imposé des sanctions à la banque centrale de Russie et interdit aux institutions financières occidentales de faire des affaires avec leurs homologues russes, les commentateurs ont mis en garde contre de profonds changements dans l’ordre monétaire et financier mondial. D’autres ont vu dans ces sanctions une nouvelle étape dans la « militarisation » de la finance par l’Occident. Craignant d’être eux aussi un jour victimes de sanctions, les gouvernements et les banques centrales réduiraient leur dépendance à l’égard du dollar, des banques américaines et de la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT), dominée par les États-Unis.

Selon ces prévisions, la Chine en serait le principal bénéficiaire. Jusqu’à présent, la Chine s’est efforcée de rester en dehors de la mêlée entre la Russie et l’Occident. Elle dispose d’un vaste système bancaire : elle a mis en place un système de paiement interbancaire transfrontalier pour faciliter le règlement en renminbi – nom officiel de la devise nationale chinoise – et offrir une alternative à Fedwire et au Clearing House Interbank Payments System (CHIPS), qui effectue les paiements en dollars.

La part du renminbi chinois…

La Russie accepte déjà le renminbi comme moyen de paiement pour 14 % de ses exportations. Le fonds souverain russe détient des titres et des dépôts en renminbi pour une valeur de 45 milliards de dollars, et les entreprises russes ont émis des obligations en renminbi pour une valeur de 7 milliards de dollars l’année dernière.

Compte tenu de la situation en Russie, rien de tout cela ne devrait surprendre. Mais d’autres pays vont-ils également s’engager dans cette voie ? Lorsque le président Xi Jinping s’est rendu en Arabie saoudite à la fin de l’année dernière, il a été question que les Saoudiens paient leurs exportations de pétrole en renminbi. La Chine a récemment signé des accords de règlement en renminbi avec le Pakistan, l’Argentine et le Brésil. Le mois dernier, la banque centrale irakienne a annoncé un plan visant à autoriser le règlement direct en renminbi des échanges commerciaux avec la Chine.

… reste marginale

Pourtant, les données ne font pas encore état d’une telle évolution. Selon le Fonds monétaire international, la part du renminbi dans les réserves de change mondiales reste inférieure à 3 % du total mondial déclaré. En outre, le renminbi représente moins de 2 % de la valeur de toutes les instructions de paiements interbancaires transfrontaliers envoyées par l’intermédiaire de SWIFT.

Certes, tous les pays ne communiquent pas la composition monétaire de leurs réserves de change, et ceux qui craignent le plus les sanctions sont les moins enclins à le faire. Et au lieu d’utiliser le service de messagerie électronique de SWIFT, leurs banques organisent généralement des transferts transfrontaliers en recourant à des moyens traditionnels tels que le courrier électronique, le téléphone et le fax.

Mais en dehors de cas particuliers comme celui de la Russie, il y a également des raisons de penser que l’attrait de la Chine en termes financiers est limité. Les accusations des États-Unis selon lesquelles la Chine aide la Russie à se procurer du matériel de guerre soulèvent la possibilité que Pékin fasse l’objet de sanctions secondaires, auquel cas les banques chinoises n’auront que peu ou pas de marge de manœuvre pour effectuer des opérations transfrontalières.

La position ambiguë de la Chine

En outre, le gouvernement chinois a changé à plusieurs reprises d’attitude à l’égard du secteur privé. Il est donc possible qu’il modifie les conditions d’accès pour les banques centrales étrangères qui détiennent des réserves à Shanghai et pour les banques commerciales qui souhaitent transférer des fonds par l’intermédiaire de son système de paiements transfrontaliers. Les contrôles de capitaux de la Chine fournissent des leviers pour effectuer de tels changements, et la centralisation du pouvoir de Xi signifie qu’il y a peu de forces contraires qui pourraient l’empêcher de prendre de telles mesures, s’il le souhaitait.

Les pays asiatiques utilisent leurs propres devises pour les paiements transfrontaliers

Au lieu de mettre leurs œufs dans le panier chinois, d’autres pays d’Asie et d’ailleurs ont essayé d’utiliser leur propre monnaie pour les paiements transfrontaliers. Singapour et la Thaïlande ont relié leurs systèmes de paiement rapide en temps réel PayNow et PromptPay, permettant aux clients des banques participantes de transférer de l’argent entre les deux pays à l’aide d’un simple numéro de téléphone portable. De même, la Bank Negara Malaysia et la Bank of Thailand ont élargi leur cadre de paiement direct ringgit-baht pour permettre aux Malaisiens et aux Thaïlandais d’effectuer des paiements directs par l’intermédiaire de banques commerciales qualifiées. Cinq banques centrales d’Asie du Sud-Est ont signé un accord pour relier leurs systèmes de paiement rapide, éliminant ainsi la nécessité d’utiliser le dollar ou le renminbi pour les transferts transfrontaliers. L’Indonésie a mis en place un groupe de travail sur les règlements en monnaie locale pendant sa présidence du G20 afin de mettre en place des réformes visant à encourager cette pratique.

De même, en termes de réserves de change, la diversification du dollar s’est traduite non pas tant vers le renminbi, mais plutôt vers le won coréen, le dollar de Singapour, la couronne suédoise, la couronne norvégienne et d’autres monnaies de réserve non traditionnelles.

La technologie plus importante que la géopolitique

Ces tendances ne reflètent pas tant la géopolitique que les évolutions technologiques. Les systèmes de paiement tels que PayNow et PromptPay étant intrinsèquement numériques, ils sont facilement reliés entre eux, ce qui élimine la nécessité d’utiliser le dollar ou le renminbi dans les transactions monétaires. Les monnaies de ces petits pays sont également plus faciles à détenir et moins chères à échanger grâce à l’émergence de plateformes numériques de devises étrangères dotées d’algorithmes automatisés de tenue de marché et de fourniture de liquidités. Cela rend ces monnaies plus attrayantes pour les paiements et comme forme de réserves internationales.

L’hypothèse est que la géopolitique modifiera l’ordre monétaire et financier mondial en faveur de la Chine. Mais la technologie pourrait bien avoir le dernier mot. Et si c’est le cas, elle pourrait modifier cet ordre d’une manière très différente.


Barry Eichengreen, professeur d’économie à l’université de Californie à Berkeley, est l’auteur de In Defense of Public Debt (Oxford University Press, 2021).

Copyright : Project Syndicate 2023
www.project-syndicate.org

Laisser un commentaire

Copyright © Haiti Premier/ Port-au-Prince.Haiti ( Contact: haitipremier6@gmail.com ) All rights reserved. | Newsphere by AF themes.
Translate »