22 février 2024

Ayant caché des avoirs de 88,8 milliards de dollars et subi des humiliations pendant 3 ans, il avait l’intention de révéler sa véritable identité maintenant…

40 min read


A ce moment-là, la luxueuse villa de Jolivet était lumineuse.
Ce soir a tenu lieu le banquet du 70e anniversaire de Mme Jolivet, le chef de la famille Jolivet.
Ses petits-fils, petites-filles et les époux de ses petites-filles sont tous venus lui offrir des cadeaux d’anniversaire.
« Grand-mère, j’ai entendu dire que vous aimiez le thé. Ces feuilles de thé, qui valent cinq cent mille euros, sont pour vous. »
« Grand-mère, vous êtes bouddhiste, non ? Ce Bouddha en jade vaut sept cent mille euros… »
Mme Jolivet regardait ces cadeaux avec un air satisfait. Une atmosphère cordiale régnait dans la pièce.
À ce moment-là, Lucas Levefre, le gendre de la petite-fille aînée de Mme Jolivet, a soudainement dit : « Grand-mère, pouvez-vous me prêter un million d’euros ? Mme Li, qui habite dans l’asile de vieillards, souffert d’urémie et a besoin d’argent pour le traitement… »
Sur ce, tout le monde était choqué et regardait Lucas avec des yeux écarquillés.
Ce garçon allait trop loin, non ? Il habitait toujours dans leur maison. Maintenant, non seulement il n’avait pas préparé de cadeaux pour Mme Jolivet, mais il avait même osé lui demander d’emprunter une grande somme d’argent !
Il y avait trois ans, lorsque M. Jolivet avait été encore en vie, il a insisté pour marier Carina Jolivet, sa petite-fille aînée, à Lucas, qui avait rien.
Après leur mariage, M. Jolivet est décédé. Dès lors, tous les membres de la famille Jolivet, sauf Carine, sa femme, essayaient de le chasser de la maison.
Mais Lucas se foutait de tous les ridicules et restait toujours à la maison de Jolivet.
Ce jour-là, il n’avait pas d’autre choix que de prêter de l’argent à Mme Jolivet.
Mme Li, qui lui avait sauvé la vie, souffrait d’urémie et avait besoin d’au moins un million d’euros pour la dialyse et même pour le remplacement de rein, mais il n’avait pas tant d’argent.
Puisque c’était l’anniversaire de Mme Jolivet, il avait pensé qu’elle était assez heureuse pour lui emprunter de l’argent.
A sa grande surprise, Mme Jolivet, qui avait souri joyeusement, s’est mise en colère et a soudainement changé d’expression.
Elle a jeté violemment au sol la tasse à thé qu’elle tenait à la main et a dit avec colère : « Quelle demande ! Tu es venu fêter mon anniversaire ou emprunter de l’argent ? »
Carina, la femme de Lucas, s’est empressée de prendre un pas en avant pour dire à Mme Jolivet : « Grand-mère, c’est la faute de Lucas, veuillez m’excuser auprès de vous pour lui. Ne le blâmez pas, s’il vous plaît. »
Cela dit, elle a tenu Lucas par le bras pour l’éloigner de Mme Jolivet.
À ce moment-là, Laura Jolivet, la cousine de Carina, a dit d’un ton moqueur : « Chère sœur, pourquoi as-tu épousé un tel homme ? Félix n’est que mon fiancé, il a quand même offert à grand-mère un Bouddha de jade. Mais ton mari, lui, il n’a pas préparé de cadeau pour grand-mère et il a encore osé lui demander de l’argent. Il est vraiment sans vergogne. »
Félix Tailleur, le fiancé de Laura et le fils d’une grande famille, a dit : « C’est vrai, frère Lucas, nous sommes tous les deux les petits-fils de la famille Jolivet, mais je suis beaucoup meilleur que toi ! »
Félix était sur le point de se marier avec Laura, mais il convoitait en fait Carina, la femme de Lucas, qui était plus belle que Laura.
En effet, Carina était la déesse de tous les hommes de la Cité J. Mais elle avait épousé un tel homme. Félix déplorait beaucoup le mariage de Carina.
« Merde ! Il nous faut chasser ce genre de personne de la maison avant qu’il ne soit trop tard ! »
« Tu as raison ! Il nous déshonore ! »
« Je pense qu’il a dit cela exprès pour gâcher le plaisir de Mme Jolivet. »
Lucas n’a pas pu s’empêcher de se serrer les mains quand il entendait ces mots provocants.
Il se serait retourné pour partir, s’il n’avait pas pour but d’emprunter de l’argent pour Mme Li qui lui avait sauvé la vie.
Il se souvenait que son père lui avait dit de payer de retour les gentillesses des autres quand il avait été encore jeune. Ainsi, il a fait de son mieux pour réprimer la colère et a dit à Mme Jolivet : « Grand-mère, la vie est sans prix et sauver la vie des autres est honorable. S’il vous plaît soyez plus bienveillante ! »
Léo Jolivet, le frère de Laura, a dit d’un ton froid : « Lucas, ne mets pas grand-mère en embarras ! Si tu veux sauver Mme Li, il faut que tu te débrouilles seul. »
Léo et Laura étaient jaloux de Carina, qui était plus excellente qu’eux dans tous les domaines, alors ils aimaient tous se moquer de Lucas.
Après avoir entendu cela, Carina était un peu embarrassée et a dit : « Grand-mère, le père de Lucas est mort quand il avait huit ans. C’est Mme Li qui l’a élevé, donc, il lui est reconnaissant. Aidez-le, s’il vous plaît… »
Sur ce, Mme Jolivet a dit avec un visage sombre : « Bon, à moins que tu ne divorces avec lui et que tu épouses Yale, je lui donnerai immédiatement un million d’euros ! »
Yale s’éprenait de Carina et la poursuivait. La famille Moreau était une famille puissante dans la Cité J, beaucoup plus puissante que la famille Jolivet. De ce fait, Mme Jolivet avait toujours envie de marier Carina à Yale pour nouer une relation avec la famille Moreau.
À ce moment-là, Justin, le gestionnaire de la famille Jolivet, est entré et a dit à voix haute : « Yale Moreau a envoyé un cadeau d’anniversaire pour Mme Jolivet ! C’est une sculpture d’émeraude qui vaut trois millions d’euros ! »
Mme Jolivet était ravie et a dit d’un ton excité : « Apporte-le-moi, je veux le voir maintenant. »
Après que Justin avait apporté la sculpture, tout le monde dans la pièce a laissé échapper un cri d’exclamation.
Cette sculpture d’émeraude était d’un vert vif et pur. Évidemment, elle était de la meilleure qualité.
Félix, qui avait offert le Bouddha de jade, avait un air embarrassé après qu’il avait vu cette sculpture. Il ne s’attendait pas à ce que Yale, qui n’avait aucun lien avec la famille Jolivet, soit si généreux !
Mme Jolivet a dit joyeusement en caressant la sculpture : « Mon Dieu ! Yale est vraiment bienveillant ! J’espère qu’il pourrait devenir l’époux de ma petite-fille ! »
Après avoir dit cela, elle a regardé Carina en disant : « Que penses-tu de ce que je viens de dire ? »
Carina a dit en secouant la tête : « Non, grand-mère, je ne divorcerai pas de Lucas. »
Mme Jolivet a soudain changé d’expression et a dit en colère : « Hum! Tu veux rester encore avec cet homme ? Bon. Que Lucas sorte de chez moi ! Il n’a pas le droit d’assister à mon banquet d’anniversaire ! »
Complètement déçu, Lucas n’avait plus d’envie de rester ici, il a donc dit à Carina : « Chérie, je vais aller à l’hôpital pour voir Mme Li. »
« Alors, j’y vais avec toi », a répondu rapidement Carina.
Sur ce, Mme Jolivet, furieuse, a dit d’une voix perçante : « Si tu pars avec lui, tu n’es plus ma petite-fille et sors de chez moi avec tes parents ! »
Stupéfaite, Carina ne s’attendait pas à ce que Mme Jolivet dise des mots aussi blessants.
« Il convient que tu restes ici. Ne t’inquiète pas. »
Sans attendre que Carina puisse dire quoi que ce soit, Lucas s’est retourné et est parti.
Léo a dit d’un ton moqueur derrière lui : « Mon beau-frère, puisque tu n’as pas encore mangé, ne vas pas mendier de la nourriture dans la rue. Sinon, tous les membres de notre famille perdront la face. J’ai encore quelques euros sur moi, va t’acheter du pain ! »
Cela dit, Léo Jolivet a sorti une pièce et l’a jetée sur le sol devant Lucas.
Lucas, les dents serrées, est sorti de la maison de Jolivet sans se retourner.

Une fois arrivé à l’hôpital, Lucas s’est rendu au guichet de paiement, voulant demander un délai de deux jours.
Cependant, l’infirmière lui a dit que Mme Li avait été envoyée dans le meilleur hôpital de la Cité Z.
Choqué, Lucas s’est empressé de lui demander : « Combien cela coûte-t-il ? Je vais certainement payer les frais médicaux ! »
« Il faut au total trois millions d’euros, dont un million a déjà été versé et il te faut payer les frais restants en une semaine », a répondu l’infirmière.
« Quoi ? Qui a versé un million ? »
« Je ne sais pas non plus. »
Lucas, surpris, s’apprêtait à découvrir la vérité lorsqu’il s’est retourné et a vu un homme en costume noir aux cheveux gris, âgé d’une cinquantaine d’années, se tenir derrière lui.
Alors qu’ils se regardaient, cet homme-là s’est incliné devant lui en disant : « M. Lucas, vous avez beaucoup souffert pendant ces dernières années ! »
Lucas, les sourcils froncés, a demandé d’une voix froide : « Êtes-vous Gaston Legrand ? »
Gaston a dit avec un air surpris : « Je ne m’attendais pas à ce que vous vous souveniez encore de moi !
Lucas, avec une expression froide, a répondu : « Bien sûr ! Je me souviens de chacun d’entre vous ! À cette époque-là, c’est vous qui avez forcé mes parents et moi à nous enfuir de la Cité Z. Sur le trajet, mes parents ont eu un accident et sont morts. Dès lors, je suis devenu orphelin. Maintenant, pourquoi me cherchez-vous ? »
Gaston a répondu avec une expression douloureuse : « Quand votre père est mort, M. Levefre avait aussi le cœur brisé et il continuait à vous chercher pendant ces dernières années. Maintenant, vous pouvez revenir avec moi pour le voir ! »
Lucas a dit d’un ton froid : « Non, je ne le verrai jamais ! »
« Vous en voulez encore à M. Levefre ? »
« Bien sûr », a répondu Lucas mot pour mot, « je ne lui pardonnerai jamais de ma vie ! »
« Hélas », Gaston a laissé échapper un long soupir et a dit : « Avant que je ne vienne, M. Levefre a dit que vous ne lui pardonneriez probablement pas. »
« Il s’avère qu’il a une idée claire de sa propre qualité morale ! »
« Il a envie de compenser les souffrances que vous avez subies ces dernières années, donc il m’a demandé d’acheter la plus grande entreprise de la Cité J pour vous et de vous donner cette carte, dont le mot de passe est votre anniversaire. »
En disant cela, Gaston a tendu une carte à Lucas.
« Ce genre de cartes ne comptent que cinq dans tout le pays. »
Lucas a secoué la tête en disant : « Je n’en ai pas besoin. »
Gaston Legrand a dit : « Vous manquez encore deux millions d’euros pour payer les frais médicaux de Mme Li, n’est-ce pas ? Vous devez lui sauver la vie, sinon, elle mourra… »
Lucas, les sourcils froncés, a demandé d’un ton froid : « C’est le complot que vous avez organisé ? »
Gaston s’est empressé de dire : « Si vous acceptez cette carte bancaire, vous aurez de l’argent suffisant ! »
« Combien d’argent y a-t-il dans cette carte ? » a demandé Lucas.
« Il n’y en a pas beaucoup, juste dix milliards. M. Levefre a dit que c’est l’argent de poche pour vous. »

Chapitre 2
Dix milliards ? !
Lucas était choqué.
Lorsqu’il avait été jeune, il savait que son grand-père était riche et que la famille Levefre était l’une des plus puissantes familles de tout le pays, mais il ne savait pas exactement que sa famille disposait de combien de richesse.
A ce moment-là, il en avait une idée.
Xavier Levefre, son grand-père, lui a donné dix milliards comme l’argent de poche. A en juger par cela, la famille Levefre devait avoir plus de mille milliards !
Dépourvu de l’argent, Lucas avait un peu d’envie d’accepter la carte bancaire.
Cependant, lorsqu’il pensait que la mort de ses parents était due à son grand-père, il se montrait réticent.
Voyant cela, Gaston s’est empressé de dire : « Jeune maître, vous faites partie de la famille Levefre, vous pouvez accepter cette somme d’argent, sans parler du fait que cet argent appartient en fait à votre père. M. Levefre a dit que si vous retournez dans la famille, il vous léguera mille milliards d’euros. Si vous ne voulez pas retourner, il vous donne cet argent pour satisfaire vos besoins quotidiens. Tenez ! Le Groupe de Florès, la plus grande entreprise de la Cité J, qui vaut cent milliards, a été achetée par la famille Levefre hier. Maintenant, vous détenez toutes les actions du Groupe de Florès et vous pouvez y aller demain pour diriger cette entreprise. »
Cela dit, Lucas était choqué.
La famille Levefre avait dépensé trop d’argent pour lui !
Une carte bancaire de dix milliards, le Groupe de Florès de cent milliards !
Il y avait beaucoup d’entreprises puissantes dans la Cité J, mais le Groupe de Florès était la plus puissante.
Même la famille Jolivet, la famille Tailleur, qui l’avaient humilié, ainsi que la famille Moreau, étaient anodine face au Groupe de Florès.
De façon inattendue, le Groupe de Florès appartenait maintenant à lui.
Gaston lui a tendu une carte de visite en disant : « Jeune maître, vous avez peut-être besoin du temps pour y réfléchir, alors, je vais partir en premier. Voici mon numéro de téléphone, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me donner un coup de fil. »
Après avoir dit ça, Gaston s’est retourné et est parti.
Après son départ, Lucas s’est figé sur place et a commencé à hésiter.
Il ne savait pas s’il devait accepter la compensation de la famille Levefre.
Mais en se rappelant qu’il avait eu une vie misérable pendant les dix dernières années et qu’il avait été humilié par les membres de la famille Jolivet, il avait l’impression qu’il méritait cette compensation.
D’ailleurs, il avait encore besoin de deux millions pour payer les frais médicaux de Mme Li.
De ce fait, il a serré les dents et est retourné au guichet de paiement.
« Bonjour, je veux régler les frais médicaux. »
Il a donné la carte bancaire à l’infirmière et a tapé le code.
En un instant, deux cent mille ont été transférés sur le compte de l’hôpital.
Lucas restait hébété, ne s’attendant pas à ce qu’il soit devenu tout d’un coup un milliardaire.

Carina est retournée chez elle et ses parents ont commencé à s’en prendre à elle.
Dès que Carina a épousé Lucas et que M. Jolivet a trépassé, les membres de la famille Jolivet ont chassé Carina et ses parents de la villa. Depuis lors, ils habitaient dans un immeuble très ordinaire.
Sylvie Lombard, la mère de Carina, a grondé Carina en disant : « Lucas ne peut rien faire ! Il nous a fait perdre la face aujourd’hui ! Si tu ne divorces pas de lui, tu seras expulsée du Groupe de Jolivet par ta grand-mère ! »
« Dans ce cas-là, je vais trouver un autre emploi », a répondu Carina.
« Tu…» a dit Sylvie en colère, « Pourquoi tu chéris tant ce pauvre homme ? Pourquoi tu ne divorces pas de lui et épouse Yale ? Si tu l’épouses, ton papa et moi serons respectables ! »
Luc Jolivet, le père de Carina, a aussi dit : « C’est vrai ! Si tu épouses Yale, ta grand-mère sera plus bienveillante envers nous. »
« Arrête ! Je ne divorcerai pas de Lucas », a dit Carina catégoriquement.
Les parents de Carina s’apprêtaient à la persuader lorsque Lucas est entré.
En le voyant, Sylvie et Luc n’étaient pas contents.
Sylvie a dit d’un ton moqueur : « Tu oses encore revenir ? »
Lucas a laissé échapper un soupir. Sa belle-mère le méprisait toujours, mais si elle savait qu’il était maintenant le propriétaire du Groupe de Florès et qu’il avait dix milliards d’euros sur le compte de la carte bancaire, quel serait son attitude ?
Cependant, Lucas avait décidé de ne pas le dire à l’autrui pour le moment.
Après avoir quitté la famille Levefre pendant de nombreuses années, il ne savait pas sa situation actuelle. Ainsi, il ne voulait pas exposer sa vraie identité, de peur que quelqu’un de la famille Levefre lui fasse du mal.
Il a donc baissé la tête et s’est excusé en disant : « Désolé, maman, je t’ai causé du tracas aujourd’hui. »
« Ce que tu as causé est plus que du tracas ! A cause de toi, nous n’avons plus de moyens pour gagner la vie. Quitte cette maison et ne reviens jamais ! » a dit Sylvie.
Sur ce, Carina s’est empressée de dire : « Maman, ne lui fais pas ça. Lucas est ton gendre ! »
« Non ! » a dit Sylvie avec haine, « je n’ai pas de gendre aussi inutile ! »
Carina a donné une poussée à Lucas en disant : « Retourne vite à la chambre. »
Avec un air reconnaissant, Lucas a hoché la tête et est retourné dans sa chambre.
Carina et lui étaient mariés depuis trois ans, mais ils ne s’étaient jamais couchés sur le même lit : Carina dormait sur le lit et il dormait sur le sol.
Ce jour-là, Lucas a passé une nuit blanche.
Ce qui s’était passé dans la journée lui était vraiment trop choquant.
Avant de s’endormir, Carina lui a demandé : « Comment va Mme Li ? J’ai encore une centaine de mille euros, je te les donne. »
« Non, merci. Quelqu’un a déjà réglé ses frais médicaux et l’a envoyée à la Cité Z pour qu’elle puisse être soignée là-bas », a dit Lucas.
« Ah bon ? », a dit Carina avec un air surpris, « Mme Li serait soignée ? »
« Oui, a répondu Lucas, Mme Li a fait du bien et a aidé tant de personnes tout au long de sa vie. Maintenant, elle a reçu sa récompense. »
« C’est bien, a dit Carina en hochant la tête, tu n’as plus besoin de t’inquiéter maintenant. »
« Oui. »
« Je vais me coucher. Je suis tellement épuisée par les affaires de l’entreprise ces jours-ci », a dit Carina.
« Qu’est-ce qui s’est passé ? » a demandé Lucas.
« Grand-mère a toujours voulu coopérer avec le Groupe de Florès, mais le Groupe de Jolivet n’est pas à la hauteur. »
Lucas a soudain pensé à quelque chose et lui a demandé : « La famille Jolivet n’a pas noué une relation de coopération avec le Groupe de Florès ? »
Carina a ri jaune et a dit : « Bien sûr que non. Le Groupe de Jolivet n’est pas assez puissant. Même la famille Tailleur, ils n’ont que de petites coopérations avec le Groupe de Florès. Grand-mère pensait que la famille Tailleur pourrait l’aider à nouer une relation avec le Groupe de Florès, après que Laura a épousé Félix ».
Sur ce, Lucas a hoché la tête.
Il s’est avéré que Mme Jolivet a envie de coopérer avec le Groupe de Florès.
Ce qu’elle ne savait pas, c’était que le Groupe de Florès appartenait à lui maintenant.
Lucas a décidé d’aller gérer le Groupe de Florès d’abord. De cette façon, il pourrait fournir de l’aide à sa femme, qui avait été trop brimée par les membres de la famille Jolivet. En tant que son mari, il avait la responsabilité de l’aider.
Carina, je suis devenu fort !
Je ne laisserais plus personne te mépriser !
Y compris la famille Jolivet !

Chapitre 3
Le lendemain matin.
Après avoir fini le petit-déjeuner, Lucas s’est dirigé vers le Groupe de Florès.
Il venait de garer sa moto au bord du parking quand une Bentley noire s’est lentement garée devant lui.
Lucas a levé la tête pour voir un jeune homme et une femme descendre de la voiture.
C’était Laura et son fiancé, Félix.
Ne sachant pas la raison pour laquelle ils sont venus au Groupe de Florès, Lucas avait envie de s’éloigner d’eux pour éviter les problèmes.
Mais à sa grande surprise, il n’y arrivait pas.
Laura l’a appelé à voix haute : « Tiens, beau-frère ! »
Entendant cela, Lucas avait un mal de tête.
Pour être poli, il ne pouvait qu’attendre que les deux se rapprochent de lui et leur a dit avec un sourire : « Laura, pourquoi es-tu ici ? »
« Je suis venue avec Félix pour rendre visite à Nina Tailleur, le vice-président du Groupe de Florès. »
Après avoir dit cela, elle a jeté un regard doux à Félix avant de reprendre : « La famille Tailleur coopère avec le Groupe de Florès dans plusieurs domaines. A l’avenir, Félix pourra certainement aider le Groupe de Jolivet. »
Lucas ne savait pas que la famille Tailleur coopérait avec le Groupe de Florès, parce qu’il n’a pas encore commencé à le gérer.
Tout en gardant un sourire, Lucas a dit : « M. Félix est non seulement beau, mais aussi compétent. Vous formez un couple parfait ! »
Félix, en regardant Lucas avec mépris, était jaloux.
Lucas a été grondé par Mme Jolivet la veille, mais il était de bonne humeur aujourd’hui comme si de rien n’était.
Pourquoi Carina, une si belle femme, avait accepté d’épouser un tel homme?
Sans Lucas, il aurait certainement poursuivi Carina à tout prix et il n’aurait pas dû épouser Laura qui était inférieure à Carina à tous les égards.
En pensant à cela, Félix était fâché et a demandé d’un ton sarcastique : « Pourquoi es-tu venu au Groupe de Florès ? »
« Je suis venu chercher du travail », a menti Lucas.
« Tu es venu au Groupe de Florès pour trouver un emploi ? », a dit Félix d’un ton moqueur, « tu es si présomptueux. »
Lucas, les sourcils froncés, a dit : « Cela ne te regarde pas. »
Si Laura avait arrêté Lucas, c’était parce qu’elle voulait se moquer de lui. Puisque Félix avait pris l’initiative de le faire, elle a immédiatement pris la parole : « Félix a raison. Tu n’as ni diplôme ni compétences. Le Groupe de Florès ne te permet même pas d’être un garde de sécurité. Tu ferais mieux d’aller ramasser les ordures recyclables dans la rue. De cette façon, tu peux au moins deux ou trois cent euros par mois ! »
Cela dit, elle a jeté la bouteille de boisson devant Lucas et lui a dit : « Tiens, puisque tu es mon beau-frère, je t’offre cette bouteille. Va la vendre ! »
Félix a également dit : « Bien que tu sois si incompétent, je dois aussi plus ou moins t’aider. Je connais le vice-président du Groupe de Florès, je vais lui demander de t’assigner un travail de nettoyage des toilettes ? »
Lucas a répondu d’un ton froid : « Tu n’as pas besoin de t’inquiéter de mon travail. Tu devrais plutôt t’inquiéter pour toi-même. Le Groupe de Florès est une grande entreprise et il ne travaillera pas avec une personne d’esprit mauvais comme toi. »
Après avoir entendu cela, Félix est instantanément devenu furieux et il a dit : « A qui tu fais référence ? »
« Toi, tu es une personne d’esprit mauvais », a répondu Lucas avec dédain.
Cela dit, sans prêter attention à Félix, Lucas est entré dans le Groupe de Florès.
« Arrête-toi ! »
Félix l’a suivi et a arrêté Lucas à l’entrée de l’ascenseur.
Il avait voulu donner deux claques sur le visage à Lucas, afin de lui donner une leçon.
Mais situé à l’intérieur du Groupe de Florès, il a renoncé à le faire de peur de fâcher ses partenaires.
Il a dit avec une expression féroce : « Je te laisse tranquille cette fois-ci, mais tu n’auras pas cette bonne chance la prochaine fois ! »
Lucas est entré dans l’ascenseur et lui a dit : « Félix, tu te prends trop au sérieux. Tu vas bientôt payer le prix de ton arrogance ! »
« Tu… »
Félix a fait un pas et était sur le point d’entrer dans l’ascenseur.
Laura l’a arrêté et lui a dit d’un ton méprisant : « Chéri, n’entre pas, ne prends pas le même ascenseur avec ce genre d’homme. »
Félix a acquiescé. Sachant qu’il ne pouvait pas le battre ici, il a dit : « D’accord ».

Lucas est arrivé au dernier étage où se trouvait le bureau du président.
Gaston avait dit à Nina d’accueillir Lucas.
Nina était la femme active la plus célèbre de la Cité J. Non seulement elle était belle, mais aussi elle était très compétente. Elle a été devenue la vice-présidente du Groupe de Florès quand elle était encore très jeune.
Puisque la famille Levefre a racheté le Groupe de Florès, le président initial a résigné ses fonctions et Nina est restée, dans le but d’aider le nouveau président.
Dès qu’elle a vu Lucas, Nina a été choquée. Elle ne s’attendait pas à ce que le nouveau président soit si jeune et si beau !
Elle a immédiatement dit d’un ton respectueux : « Monsieur, viens avec moi. »

Chapitre 4
Au premier abord, Lucas trouvait Nina charmante.
À l’âge de vingt-sept ou vingt-huit ans, elle avait une taille svelte, une belle apparence et un tempérament noble.
Après s’être assis devant le bureau de Nina, Lucas a dit : « Je ne viendrai que rarement au Groupe de Florès, donc, il t’incombe de prendre en charge l’administration quotidienne de l’entreprise. Par ailleurs, ne dis pas mon identité à l’autrui. »
Nina savait que la famille Levefre était très puissante et que le Groupe de Florès, pour Lucas, n’avait aucune importance, il était donc normal qu’il ne veuille pas venir tous les jours l’administrer.
Alors, elle s’est empressée de dire : « D’accord, M. Lucas. Je te défère dans le futur. »
À ce moment-là, Lucie, secrétaire de Nina, est entrée et a dit : « Mlle Nina, Félix Tailleur et sa fiancée sont venus vous rendre visite. »
Nina a immédiatement dit : « Je suis occupée maintenant, qu’ils m’attendent dehors. »
« Tu connais Félix Tailleur ? » a demandé Lucas.
Sur ce, Nina s’est empressée de lui répondre : « La famille Tailleur est l’un de nos partenaires, mais en fait, elle dépend du Groupe de Florès. »
Lucas a dit d’un ton froid : « À partir de maintenant, le Groupe de Florès ne coopère plus avec la famille Tailleur et arrête toutes les coopérations en cours. S’ils gagnent encore de bénéfice du Groupe de Florès, je te démissionne ! »
Sur ce, Nina, les yeux écarquillés, a compris que quelqu’un de la famille Tailleur avait sûrement offensé M. Lucas.
Elle a donc immédiatement hoché la tête en disant : « D’accord, je vais mettre fin à toute coopération avec la famille Tailleur ! »
« Dis à Félix Tailleur que le Groupe de Florès ne coopérera pas avec des personnes de mauvaise qualité, puis demande aux gardes de sécurité de les expulser. »

Félix et Laura attendaient Nina avec excitation.
La famille Tailleur avait toujours voulu devenir un partenaire du Groupe de Florès, ainsi, Félix espérait se nouer d’amitié avec Nina.
Mais à leur grande surprise, la secrétaire de Nina était venue avec plusieurs gardes de sécurité.
Félix n’a pas pu s’empêcher de lui demander : « Bonjour, puis-je demander si Mlle Nina a le temps de nous voir ? »
La secrétaire l’a regardé et a dit d’un ton froid : « Désolée, Mlle Nina a dit que le Groupe de Florès ne coopérera pas avec des gens de mauvaise qualité, et à partir de maintenant, toute coopération avec ta famille sera annulée ! »
« Quoi ? »
Félix est resté stupéfait pendant un instant, il avait l’impression que cette phrase était familière.
Tiens ! Tout à l’heure, sur le parking, Lucas avait dit exactement la même chose !
Le Groupe de Florès a mis fin à toute coopération avec eux ?
Qu’est-ce qui s’est passé ?
Félix avait la tête embrumée.
La famille Tailleur faisait ses choux gras du Groupe de Florès !
Si la coopération était rompue, sa famille deviendrait immédiatement faible.
Incroyable, Félix a crié à voix haute : « Je veux voir Mlle Nina ! »
La secrétaire a dit d’une voix froide : « Désolée, elle ne te recevra pas, et tu ne seras plus autorisé à entrer dans le Groupe de Florès ! »
Félix a dit avec colère : « Tu te moques délibérément de moi ? Nous sommes un partenaire à long terme du Groupe de Florès. Pourquoi as-tu arrêté de coopérer avec nous à la légère ? »
La secrétaire ne lui a pas répondu et a dit directement aux agents de sécurité : « Expulse-les ! »
Cela dit, René, le chef des gardes de sécurité, a immédiatement pris un pas en avant et a attrapé le poignet de Félix, puis l’a tordu avec force.
Félix a hurlé de douleur, tandis que René a dit d’une expression froide : « Sors d’ici ! Si tu oses causer des problèmes au Groupe Empire, je ne te laisse pas tranquille ! »
« Tu n’es qu’un chef des gardes de sécurité et tu oses même me menacer ? Sais-tu qui je suis ? »
Sur ce, René l’a giflé et a dit avec colère : « Tu n’es rien devant le Groupe de Florès ! »
Après avoir été giflé, Félix avait mal au visage. Il était sur le point de s’emporter quand son téléphone a soudainement sonné.
C’était son père qui l’appelait.
Lorsqu’il a décroché le téléphone, Roland Tailleur a crié avec colère : « Qu’est-ce que tu as fait ? Maintenant le Groupe de Florès veut annuler toute coopération avec nous ! »
« Papa, je ne sais pas pourquoi non plus. Je suis juste venu rendre visite à Nina, mais je ne l’ai même pas encore rencontrée… »
« Le Groupe de Florès a dit que s’il a rompu la coopération avec nous, c’est parce que tu es une personne sans qualités ! Maintenant, notre famille a perdu beaucoup d’argent à cause de toi. Reviens vite et explique cette situation à ton grand-père ! »
Félix, le téléphone à la main, a été conduit jusqu’à l’entrée du Groupe de Florès par les gardes de sécurité, avec un air consterné sur son visage.
Il a soudainement pensé à Lucas et n’a pas pu s’empêcher de demander à Laura : « Est-ce à cause de Lucas ? Pourrait-il avoir quelque chose à voir avec le Groupe de Florès ? »
« Quoi ? »
Laura a été surprise par les mots de Félix.
Comment c’était possible ? Lucas était incapable !
En pensant à cela, elle a secoué la tête en disant : « C’est impossible. Il n’est même pas qualifié pour nettoyer les toilettes du Groupe de Florès ! »
« Tu as raison… »
Félix a hoché la tête. En pensant à son père furieux, il a repris d’un ton sérieux : « Je dois retourner chez moi immédiatement… »
La nouvelle que le Groupe de Florès a arrêté de coopérer avec la famille Tailleur s’est immédiatement répandue dans la Cité J.
Tout le monde pensait que la famille Tailleur avait dû offenser le Groupe de Florès.
Dans ce cas-là, la famille Tailleur n’aurait pas un bel avenir.
Dépourvue d’opportunités, la famille Tailleur est maintenant devenue une famille de second rang.
Une fois appris cette nouvelle, Mme Jolivet s’est mise en colère.
Elle avait voulu rompre le mariage entre Laura et Félix, mais elle n’osait pas offenser la famille Tailleur. Elle n’a donc dû que d’y renoncer pour le moment.

Dans le bureau de Nina.
Lucas, après avoir su ce que Nina avait fait, l’a appréciée beaucoup, il lui a donc dit avec satisfaction : « Tu as bien fait ! A partir d’aujourd’hui, ton salaire sera doublé. »
Nina, surprise et ravie, s’est immédiatement levée et s’est inclinée devant Lucas en disant : « Merci beaucoup, M. Lucas ! »
Lucas a hoché la tête et a dit : « Maintenant, je veux que tu ailles annoncer au public deux choses. »
« Oui, je t’écoute. »
« La première chose, dis au public que le Groupe de Florès a changé de propriétaire et qu’un nouveau président a pris ses fonctions. Attention, ne révèle pas l’identité du nouveau président, tu peux juste dire que son nom de famille est Levefre. »
Après une pause, il a repris : « La deuxième chose, annonce que le Groupe de Florès va dépenser deux milliards pour construire dans la Cité J un hôtel à six étoiles et qu’il va chercher des partenaires par voie d’adjudication. Toutes les entreprises de construction et de décoration peuvent participer à l’appel d’offres ! »
Le Groupe de Jolivet avait pour l’activité principale la décoration. Puisque Mme Jolivet désirait de coopérer avec le Groupe de Florès, elle valoriserait certainement celui qui pourrait établir le partenariat avec le Groupe de Florès.
Maintenant que le Groupe de Florès lui appartenait, il devait bien sûr aider sa chère femme.

Chapitre 5
Ces deux nouvelles que le Groupe de Florès a annoncées ont fait sensation dans la Cité J.
Lorsque les gens ont appris que le Groupe de Florès avait changé de PDG, ils ont compris pourquoi il ne coopérerait pas avec la famille Tailleur.
Il semblait que le nouveau propriétaire du Groupe de Florès n’aimait pas la famille Tailleur.
Par ailleurs, ils avaient l’impression que ce M. Levefre était vraiment riche, ne s’attendant pas à ce qu’il puisse racheter le Groupe de Florès au gré de sa fantaisie.
Face à cette situation, d’innombrables familles étaient très excitées. D’un côté, elles avaient envie de nouer une relation de coopération avec le Groupe de Florès ; d’un autre côté, elles souhaitaient ardemment marier leurs filles à ce M. Levefre.
En outre, le secteur de la construction a été choqué du fait que le Groupe de Florès allait investir deux milliards pour construire un hôtel.
Deux milliards !
Quiconque obtiendrait de petits projets de coopération pourrait gagner énormément d’argent !
D’innombrables entreprises voulaient devenir les partenaires du Groupe de Florès pour gagner du profit de ce projet.
Y compris Mme Jolivet, qui était avide d’argent.
Mme Jolivet était très excitée à ce moment-là. Un projet de deux milliards, c’était une bonne opportunité !
Elle a donc immédiatement organisé une réunion de famille ce soir pour discuter de la manière d’établir un partenariat avec le Groupe de Florès, et tous les membres de la famille devaient y assister !
Cette nuit-là, dans la villa de Jolivet.
Comme Mme Jolivet avait demandé à tout le monde d’y participer, Lucas est aussi venu.
Sachant le but de Mme Jolivet, il a ainsi voulu profiter de cette occasion pour aider Carina, sa femme, à se montrer honorable !
Lorsque Lucas est arrivé à la villa de Jolivet, Léo, le cousin de Carina, a immédiatement dit d’un ton moqueur : « Lucas, tu oses encore venir ? »
« Tais-toi ! C’est grand-mère qui a demandé que tous les membres soient là. Puisque Lucas est mon mari, il fait naturellement partie de notre famille », a dit Carina d’une voix froide.
Léo a ricané.
« Il est juste un gendre, non ? Il ne mérite pas d’être un membre de notre famille. »
Lucas s’est touché le nez et a dit à Carina : « Ne le prends pas au sérieux. Dépêchons-nous de rentrer pour ne pas faire attendre grand-mère. »
Carina a hoché la tête. Sans même jeter un regard à Léo, elle est entrée avec Lucas.
En voyant cela, Léo a soudain changé d’expression.
Lorsqu’ils sont entrés dans la salle de réunion, Lucas et Carina se sont assis dans un coin.
Peu après, Mme Jolivet est arrivée et la réunion de famille a commencé.
Elle s’est assise au milieu de tout le monde, a frappé sur la table et a dit avec beaucoup de vigueur : « Pendant ces dernières années, notre famille a attendu une opportunité qui nous permettra de devenir plus puissant ! Maintenant, cette opportunité est enfin arrivée !
« Le Groupe de Florès a lancé un grand projet de deux milliards, quiconque peut établir un partenariat avec lui en tirera un grand bénéfice !
« De plus, c’est le premier grand projet après le changement de PDG du Groupe de Florès, c’est donc une très bonne opportunité pour nous.
« Si nous pouvons impressionner le nouveau PDG du Groupe de Florès, notre famille aura un bel avenir ! »
Malgré l’excitation de Mme Jolivet, tout le monde paraissait quelque peu indifférent.
En effet, dès le début, le Groupe de Florès avait simplement ignoré la famille Jolivet. Alors, coopérer avec le Groupe de Florès maintenant, tout le monde trouvait cela encore impossible.
Voyant que tout le monde était silencieux, Mme Jolivet s’est exaspérée et a demandé : « Vous êtes tous muets ? Aucun d’entre vous n’a pas de moyen de coopérer avec le Groupe de Florès ? »
La foule s’est regardée, sans oser dire quoi que ce soit.
Avec une expression encore plus furieuse, Mme Jolivet a crié à voix haute : « Celui qui peut obtenir une part de trente millions du projet du Groupe de Florès sera le directeur du Groupe de Jolivet ! »
À ces mots, toutes les personnes présentes sont restées bouche bée.
Mme Jolivet, qui avait toujours été dictatoriale, n’avait jamais nommé quelqu’un le directeur du Groupe de Florès. Après tout, le directeur avait un grand pouvoir et c’était presque le futur successeur de la famille qui était qualifié pour occuper ce poste.
Si Mme Jolivet prenait ce poste comme récompense, c’était parce qu’elle était vraiment très désireuse de la coopération avec le Groupe de Florès.
Néanmoins, ce n’était pas facile du tout d’obtenir ce poste.
Pour conclure un partenariat avec le Groupe de Florès et obtenir un projet de trente millions, c’était quasiment impossible.
Le silence régnait dans la salle de réunion.
Voyant cela, Mme Jolivet a demandé avec colère : « En tant que descendants, aucun d’entre vous ne veut apporter ta contribution à notre famille ? »
Après avoir dit ça, elle a directement posé son regard à Léo en disant : « Léo, cette tâche t’incombe. »
Léo s’est empressé de dire : « Grand-mère, le Groupe de Florès ne coopérera même pas avec la famille Tailleur maintenant, nous sommes plus faibles qu’eux, comment pouvons-nous obtenir le contrat du Groupe de Florès… »
Mme Jolivet a immédiatement dit : « Ne dis pas ça ! Nous sommes les meilleurs ! »
Malgré cela, Mme Jolivet n’avait pas non plus de confiance en soi, mais elle ne voulait pas que la famille Jolivet reste seulement à la tête d’une famille de second ou troisième rang.
Et le projet du Groupe de Florès était la seule chance pour rendre sa famille plus puissante, elle devait saisir cette opportunité coûte que coûte.
Elle avait pensé que Léo, en tant que petit-fils aîné, serait capable d’assumer cette tâche, mais à sa grande surprise, il avait battu en retraite !
Quant à Léo, il ne voulait pas vraiment à assumer une tâche impossible. Il avait peur d’être chassé du Groupe de Florès.
Dans ce cas-là, non seulement il n’accomplirait pas la tâche, mais également les autres se moqueraient de lui.
Après avoir réprimandé Léo, Mme Jolivet a demandé à voix haute : « Et les autres ? »
À ce moment-là, Lucas a doucement touché Carina avec son coude et lui a dit à voix basse : « Allez ! »
Carina s’est empressé de dire : « Quoi ? C’est impossible pour le Groupe de Florès de coopérer avec nous ! »
Lucas a dit avec un sourire réconfortant : « Ne t’inquiète pas. J’ai confiance en toi, tu peux le faire ! »
Carina a été surprise et a demandé : « C’est bon ? »
Lucas a dit avec certitude : « Bien sûr que oui ! Saisis cette opportunité, tu deviendras respectable dans la famille ! »
Sur ce, Carina, encouragée, s’est inconsciemment levée et a dit à Mme Jolivet : « Grand-mère, je peux assumer cette tâche ! »

Chapitre 6
Tout le monde présent a été surpris par les mots de Carina.
Ils pensaient que Carina devait être folle !
Léo n’a pas pu s’empêcher de dire d’un ton moqueur : « Carina, penses-tu vraiment que tu es si compétente ? »
Laura a également dit : « Carina, puisque tu as décidé d’aller au Groupe de Florès, ne déshonore pas notre famille ! »
Quelqu’un d’autre a fait écho en disant : « Si elle est mise à la porte par le Groupe de Florès, nous perdrons tous la face ! »
Humiliée, Carina a rougi.
Depuis qu’elle avait épousé Lucas, ils se moquaient souvent de ses parents et d’elle.
Elle avait pensé à remédier à cette situation en saisissant cette opportunité et à honorer ses parentes.
Mais à ce moment-là, face à ces humiliations, elle regrettait d’avoir écouté Lucas et d’avoir assumé cette tâche.
En pensant à cela, elle a jeté un regard mécontent à Lucas…
En entendant les mots de la foule, Mme Jolivet était furieuse.
Personne n’avait osé se charger de cette tâche, et maintenant que Carina avait pris l’initiative de l’assumer, ces gens s’étaient moqués d’elle.
Bien qu’elle ait toujours détesté Carina, à ce moment-là, elle trouvait Carina audacieuse, contrairement aux autres !
Surtout Léo, son petit-fils le plus aimé, qui l’avait beaucoup déçue !
Ainsi, l’attitude de Mme Jolivet envers Carina a également changé.
Elle a donc immédiatement dit : « Taisez-vous ! Cette fois-ci, cette tâche incombe à Carina ! »
Carina ne pouvait que répondre : « Grand-mère, je ferai de mon mieux. »
À ce moment-là, Léo a dit d’un ton sarcastique : « À quoi bon ? C’est toujours un déshonneur pour notre famille si tu échoues à la fin ! »
Sur ce, Lucas a demandé : « Léo, pourquoi tu n’as pas de confiance en Carina ? Ou bien, tu n’as pas de confiance en notre famille ? »
Léo ne s’attendait pas à ce que même Lucas ose prendre la parole à la réunion familiale pour lui riposter.
Voyant que Mme Jolivet était sur le point de se mettre en colère, il a immédiatement expliqué en disant : « Ce n’est pas ce que je voulais dire ! Je pense simplement qu’il est impossible pour Carina de réussir à cette négociation ! »
Lucas a demandé avec un sourire : « Oses-tu faire un pari avec moi ? »
« Bien sûr que oui », a répondu Léo avec indifférence.
« Si Carina y arrive, tu te prosternes devant moi et tu dis à haute voix que tu as tort devant toute la famille ; si Carina n’y arrive pas, je me prosterne devant toi, qu’en penses-tu ? »
Sur ce, Léo a éclaté de rire.
« Bien, je vais parier avec toi ! Tu perdras certainement ! »
Lucas a hoché la tête en signe de satisfaction et a dit : « Toute la famille en témoigne. Celui qui se repent, sa mère, son père, ainsi que sa grand-mère mourront ! »
Lucas a délibérément souligné le mot « grand-mère », de peur que Léo se rétracte.
Maintenant, s’il se repentait du pari, cela signifiait qu’il veuille que Mme Jolivet meure. Dans ce cas-là, Mme Jolivet ne le laisserait pas tranquille.
« D’accord. »
Ne sachant pas la vraie identité de Lucas, Léo pensait qu’il ne perdrait pas certainement.
Alors, il a dit avec un large sourire : « Tout le monde sera témoin de cela. J’attends que tu te prosternes devant moi ! »
Après avoir entendu leur pari, Carina a été surprise et a fait des clins d’œil à Lucas, mais celui-ci l’avait ignorée complètement.
Mme Jolivet ne se souciait pas de ce pari. La seule chose qui l’intéressait, c’était si Carina pouvait établir un partenariat avec le Groupe de Florès. Que Léo Jolivet se prosterne ou non ne la regardait pas.
« C’est tout pour la réunion d’aujourd’hui. Carina, tu dois t’acquitter de cette mission dans un délai de trois jours », a dit Mme Jolivet.
….
Lorsque Carina et Lucas sont rentrés chez eux, les parents de Carina ont commencé à les blâmer.
Sylvie était si anxieuse qu’elle a dit à voix haute : « Carina, tu es folle, comment as-tu pu écouter Lucas ? »
Luc a également dit pour gronder Lucas : « Lucas, tu as vraiment causé du tracas à ma fille ! Si Carina n’y parvient pas, toute la famille se moquera définitivement d’elle. Même toi, tu devras faire des courbettes à Léo devant toute la famille. Tu vas nous faire perdre la face ! »
Lucas a dit avec une expression sérieuse : « Papa, maman, Carina va certainement réussir. »
Luc a dit en colère : « Tu sais à quel point le Groupe de Florès est fort ? C’est impossible pour Carina de réussir. »
« Tout est possible. Je fais confiance à Carina. »
Sylvie a dit d’un ton moqueur : « Tiens! Tu te prends pour le patron du Groupe de Florès ? »

Chapitre 7
Parce que ses parents continuaient à critiquer Lucas, Carina a soupiré et a dit : « Papa, maman, cela n’a rien à voir avec Lucas. C’est moi qui ai décidé de saisir cette opportunité, j’en ai assez des humiliations des autres. »
Sylvie a dit : « Mais c’est une tâche impossible. Même si ta grand-mère va elle-même négocier avec le Groupe de Florès, elle ne réussirait peut-être pas. »
Lucas a laissé échapper un sourire sarcastique. Ses beaux-parents snobs ne pouvaient probablement pas imaginer qu’il était le patron du Groupe de Florès.
Juste à ce moment-là, quelqu’un a frappé à la porte.
Sylvie a soupiré en ouvrant la porte.
Lucas a jeté un coup d’œil à la porte pour voir un jeune homme en costume Armani se tenir à la porte. Il était beau et élégant, avec une montre Patek Philippe au poignet, qui semblait valoir au moins trois à cinq millions.
Sylvie a été instantanément excitée et a dit : « Yale ! Pourquoi es-tu venu ? »
Yale, provenant de la famille Moreau, courtisait toujours Carina.
Yale a dit en souriant : « J’ai entendu dire que Carina a pris en charge la négociation avec le Groupe de Florès, alors je suis venu ici pour lui donner quelques conseils. »
« Tiens ! Tu vas sauver notre vie ! Tu es vraiment bienveillant. »
Sylvie était si excitée qu’elle a regardé Yale comme s’il était son gendre.
« Yale, as-tu un moyen d’aider Carina à remporter le contrat avec le Groupe de Florès ? »
Yale a hoché la tête en souriant. Tout en ignorant Lucas qui se tenait sur le côté, il est allé directement vers Carina pour lui dire : « Carina, ne t’inquiète pas. Ma famille a établi un partenariat avec le Groupe de Florès, je demanderai à mon père de t’aider. »
En fait, Simon Moreau, le père de Yale, n’était pas du tout aussi puissant. Si Yale avait dit cela, c’était pour se montrer compétent devant Carina.
Carina savait toujours que Yale s’éprenait d’elle, alors elle a dit d’une voix froide : « Yale, merci beaucoup. Mais je vais m’en débrouiller seule. »
Sylvie a crié avec une expression choquée : « Carina, que tu es stupide ! Yale est venu exprès t’aider. Pourquoi as-tu refusé sa gentillesse ? »
Carina n’a rien dit, mais Lucas a demandé à Yale avec une certaine curiosité : « M. Yale, comment vas-tu aider Carina ? Vas-tu demander au Groupe de Florès de signer le contrat de coopération avec Carina ? »
Yale a dit avec arrogance : « Ma famille a toujours été un partenaire privilégié du Groupe de Florès. Cette fois-ci, nous pouvons obtenir au moins un tiers de son projet de deux milliards ! Le moment venu, je demanderai à mon père de donner à Carina quelques petits projets de quelques dizaines de millions. »
Lucas a dit avec surprise : « Je ne m’attendais pas à ce que l’amitié entre vous et le Groupe de Florès soit si profonde. »
Yale a dit d’un ton moqueur : « C’est un fait connu dans la Cité J. Tu es vraiment ignorant. »
Après avoir dit cela, Yale a fixé Lucas et a dit avec mépris : « Lucas, je te conseille de quitter Carina le plus tôt possible. Tu ne la rendras pas heureuse. »
Carina a dit avec une expression froide : « M. Yale, je n’ai pas besoin de ton aide, et s’il te plaît, sois déférent envers mon mari ! »
Choqué, Yale a dit : « Carina, ce loser mérite-t-il vraiment d’être défendu ? »
Carina a dit sérieusement : « Il n’est pas un loser, il est mon mari ! »
Yale a dit en colère : « Bon ! Puisque tu ne peux pas distinguer du bien au mal, je te souhaite du succès ! »
Après avoir dit ça, Yale s’est retourné et est parti.
Sylvie voulait encore le suivre pour lui expliquer, mais Yale s’était déjà éloigné.
Elle était tellement en colère qu’elle a pointé le nez de Lucas en disant : « Qu’est-ce que tu as fait ? Yale est venu aider Carina, mais tu l’as même énervé ! »
Lucas a dit avec indifférence : « Maman, ce qu’il a dit était des paroles creuses, il ne pouvait aider Carina. »
« Ce n’est pas vrai ! a dit Sylvie furieusement, la famille Moreau peut obtenir un tiers des projets du Groupe de Florès ! »
Lucas trouvait cela ridicule.
Le Groupe de Florès était à lui, il ne coopérerait certainement pas avec la famille Moreau et toutes les coopérations en cours seraient arrêtées !
Carina, qui ne savait ce que Lucas pensait, a dit à sa mère : « Maman, ne blâme pas Lucas. Le résultat est incertain, n’est-ce pas ? »
Sylvie a poussé un long soupir, se disant que Dieu était injuste. Elle avait épousé un mari minable, tandis que sa fille avait épousé un homme encore plus minable.

Chapitre 8
Le lendemain matin, Carina est arrivée au Groupe de Florès avec Lucas, avec sur elle la proposition de coopération qu’elle avait préparée pendant la veille.
En regardant le bâtiment de 100 étages du Groupe de Florès, Carina était inquiète.
Comment une entreprise aussi grande que le Groupe de Florès pourrait-elle coopérer avec le Groupe de Jolivet ?
Néanmoins, comme elle avait promis à sa grand-mère, elle devait venir tenter sa chance.
Voyant que Carina avait l’air inquiète, Lucas lui a dit d’un ton doux : « Ne t’inquiète pas, chérie. Tu vas certainement réussir ! »
Impuissante, Carina a dit : « D’accord, tu m’attends ici. »
Après avoir dit cela, Carina a pris une profonde inspiration et a pris son courage à deux mains pour entrer dans le Groupe de Florès.
Lucas, en regardant son dos, a sorti son téléphone portable pour appeler Nina.
« Nina, ma femme est déjà venue te chercher. »
Nina a immédiatement dit : « Sois rassuré, M. Lucas. Je sais ce que je dois faire. »
« A propos, j’ai entendu dire que le Groupe de Florès avait une coopération approfondie avec la famille Moreau ?
« Nous avons coopéré pour la nième fois avec la famille Moreau dans le passé. Et cette fois-ci, ils veulent encore coopérer avec nous et m’ont soumis une demande de coopération. C’est à toi de décider, M. Lucas. »
Lucas a dit d’un ton froid : « Je ne veux plus avoir de coopération avec eux à l’avenir. »
Nina s’est empressée de dire : « D’accord » !

Carina était en train d’attendre à la réception, ne sachant même pas si Nina, la vice-présidente du Groupe de Florès, voulait la voir.
Peu de temps après, une assistante est arrivée et a dit : « Vous êtes Mme Carina Jolivet, n’est-ce pas ? Mlle Tailleur vous attend dans son bureau, veuillez me suivre. »
Sur ce, Carina était confuse. Elle faisait toujours la queue pour un rendez-vous, comment se fait-il qu’on lui ait dit directement d’entrer ?
Se pourrait-il que Nina ait su qu’elle était arrivée ?
Non, c’était impossible. Nina ne la connaissait même pas.
Quoique confuse, Carina a quand même suivi la secrétaire.
Celle-ci a emmené Carina directement dans le bureau de Nina.
Après avoir vu Carina, Nina s’est empressée de se lever de sa chaise et de la saluer respectueusement : « Bonjour, Mme Jolivet, je suis Nina Tailleur, la vice-présidente du Groupe de Florès. »
Carina était un peu nerveuse alors qu’elle se tenait devant la célèbre femme de la Cité J.
« Bonjour, Mme Tailleur, je suis ici pour vous parler de la coopération. Bien que notre famille ne soit pas assez puissante, nous sommes vraiment travailleurs et avons une bonne réputation dans le secteur de la décoration ! »
En disant cela, elle a tendu des documents à Nina et lui a dit : « Voici l’introduction du Groupe de Jolivet ainsi que les résultats que nous avons obtenus, veuillez les regarder. »
Après avoir pris les documents et les avoir regardés brièvement, Nina a dit en souriant : « C’est bon, je pense que nous pouvons avoir une coopération. »
« C’est vrai ? » a demandé Carina avec une expression choquée.
Comme se pourrait-il qu’elle ait réussi si facilement ?
Nina a répondu avec un sourire : « Bien sûr, c’est vrai. Bien que le Groupe de Jolivet ne soit pas aussi puissant, notre président fait confiance en vous et est prêt à coopérer avec vous. »
« Puis-je demander qui est le président du Groupe de Florès ? »
« Notre président provient de la famille Levefre de la Cité Z. »
Les sourcils froncés, Carina a dit : « Je ne connais pas quelqu’un dont le nom de famille est Levefre, à part mon mari. »
Nina a hoché doucement la tête. Lucas lui avait demandé de ne pas révéler son identité, elle ne pouvait donc pas en dire plus.
Carina n’avait même pas pensé que son mari, orphelin et inutile, était le M. Levefre dont Nina avait parlé.
À ce moment-là, Nina a repris : « Mme Jolivet, vous voulez des projets de coopération de trente millions ? »
Carina a précipitamment hoché la tête en demandant : « Est-ce trop ? »
Nina a souri et a dit : « En revanche, ce n’est pas suffisant. »
Carina était encore plus confuse et s’est empressée de demander : « Quoi ? »
« Notre président a dit de vous donner des projets de soixante millions. »
Tout en parlant, Nina a sorti un contrat et l’a tendu à Carina en disant : « Le contrat a été rédigé à l’avance et le total est de soixante millions. Si vous n’avez pas d’objections, vous pouvez le signer maintenant. »
Carina était figé.
Elle ne s’attendait pas à ce que le Groupe de Florès prenne l’initiative de préparer à l’avance un contrat pour elle.
De plus, le montant du contrat a été doublé !
Elle s’est soudain souvenue de son mari qui lui avait demandé d’assumer la tâcher la veille lors de la réunion familiale.
Pourquoi il avait été si confiant ?
Tout à l’heure, à l’entrée du Groupe de Florès, il avait aussi l’air confiant.
Se pourrait-il qu’il sache d’avance ce résultat ?

Laisser un commentaire

Copyright © Haiti Premier/ Port-au-Prince.Haiti ( Contact: haitipremier6@gmail.com ) All rights reserved. | Newsphere by AF themes.
Translate »